Ma Vénus à la corne

Je n’avais plus envie d’écrire ici ces derniers mois.

Et puis ce soir j’ai participé à un beau cercle de femmes.

Un cercle où j’ai pu, comme chaque mois depuis quelques mois déjà, déposer mes mots, mes envies, mes doutes, un peu de moi.

Je n’ai pas envie de raconter ici ce que sont les cercles de femmes, les « tentes rouges » comme on les appelle.

J’ai plutôt envie de dire là où j’en suis,

dans un flot de paroles,

une parole décousue sans doute mais entière.

J’ai juste envie de parler de moi.

Ce soir je me sens bien, vraiment remplie, heureuse, comme je ne l’ai pas été depuis longtemps.

Dans ce cercle, il y a eu ce partage d’une belle illustration de la Vénus à la corne.

Cette vénus je la découvre pour la première fois ce soir

et je trouve qu’elle me ressemble drôlement avec « ses hanches larges et ses seins tombants »

« son pubis et son nombril marqués ».

Elle me ressemble tellement en fait que ça me fait sourire.

Elle tient dans sa main  une corne de bison marquée de 13 encoches, représentants sans doute les cycles lunaires.

elle réveille en moi la Femme.

Sur l’illustration, la main gauche de la Vénus n’est pas représentée. Je me demande pourquoi, cela me chiffonne, me questionne.

En rentrant à la maison ce soir, j’y pense encore à cette main gauche, je cherche sur le net et je trouve une photo de la sculpture d’origine:

800px-Venus-de-Laussel-vue-generale-noir

On peut y voir, le bras gauche de cette femme – celui qui n’était pas représenté sur l’illustration partagée dans le cercle –

son bras gauche est simplement posé sur son ventre

elle est peut-être enceinte et cette idée me réjouit.

Elle réveille en moi la Doula

—–

À un moment durant la soirée, notre hôte prend la parole pour partager des mots qui, dans mon souvenir, ressemblent un peu à ça:

« J’accueille ce qui est devant moi,

J’accueille ce qui est derrière moi,

Ce qui est autour de moi,

Et aussi ce qu’il y a en moi,

Ce que je suis « 

Ces mots me parlent.

Accueillir ce qui m’a construite, ce qui est « derrière moi », être à même d’accueillir les belles choses à venir, celles qui sont « devant moi ».

Accueillir celle que je suis là, ici et maintenant,

m’aimer davantage, poser sur moi un regard doux.

Avoir de la gratitude pour ce que je suis, ce que les autres me renvoient de moi aussi.

Ce soir pour vivre ce beau cercle de femmes

Je me suis assise aux côtés de femmes incroyables, encore une fois, pas par hasard c’est sûr

Alors, j’ai envie d’écrire que je suis reconnaissante envers cette belle vie que je vis.

Envers mon corps qui me porte chaque jour.

Que je maltraite souvent,

Qui ne m’en veut pas et qui continue de tenir bien debout, bien ancré.

—-

je viens de rentrer chez moi, tout le monde dort à la maison,

Lulu m’a laissé dans la cuisine un bol de soupe de fanes de radis (si si)

Ma Petite a déposé sur la table du salon un joli dessin de notre famille.

je me sens aimée, c’est doux.

Je suis assise en tailleur sur mon lit, je regarde mes cuisses et j’ai envie de les masser, de prendre soin de mes jambes, de prendre soin de moi, de cette Vénus à la corne qui est en moi.

—–

Demain matin démarre mon dernier weekend de formation avec l’institut des Doulas de France

Une année intense

un beau groupe de femmes

un travail de fin d’études prenant, sur le thème de « la connexion au corps »

je n’ai pas choisi ce sujet par hasard

je le sais

j’ai un « truc » avec mon corps qui n’est pas réglé

je le sais

Mais ce soir j’ai l’envie profonde d’accueillir celle que je suis

Toute en rondeur

En énergie

En force

En sensibilité

voilà, je crois que je m’aime beaucoup ce soir et ça me fait tout simplement du bien.

Publicités

De belles attentions 

Cette semaine nous dînions avec une amie, que nous n’avions pas revue depuis longtemps… elle avait préparé un délicieux dîner et pour le dessert, elle avait acheté des Mangoustan, précieux fruit en provenance du Vietnam. Nous les avions découverts et adorés, il y a 10 ans lors de notre voyage en Asie à la découverte de ce magnifique pays qu’est le Vietnam. Je me suis rappelée la douceur de ce voyage, les belles rencontres, les paysages naturels magnifiques. Notre amie s’est souvenue que nous avions adoré ce fruit à grosse coque qui cache un fruit délicat. Pour d’autres cette attention aurait pu paraître anodine. Pour moi, elle a eu beaucoup d’importance, j’ai été émue et touchée. Un plaisir tout simple mais le fait que notre amie se soit souvenue que nous avions eu un coup de cœur pour ce fruit, cela m’a fait énormément plaisir. Quel bonheur de s’être sentie écoutée! Et quel joie que notre amie l’ai marqué par ce simple geste. Prendre soin des autres; Etre attentif aux personnes qui nous entourent contribue à leur donner de la valeur, à les faire exister, à les rendre heureux. Et dans ce prolongement, de nouveau de jolies attentions m’attendaient durant mon weekend mensuel de formation de doula. Ma doulamie, Florianne, a pris le temps de confectionner pour chaque doula du groupe un Baume fait-maison (dont la recette est restée secrète). Un joli baume pour prendre soin de ma peau, et une attention pleine d’amour qui nous a fait du bien à toutes. Une autre m’a offert un massage, à la fois énergisant et bienveillant, plein de douceur. Se sentir aimée, se sentir vivante 💗



Doula, accueillir la vie

Accueillir la vie 7 ans jour pour jour après avoir donné naissance à Ma Grande fille.Comme un cadeau, Un beau cadeau de la vie.

Je sentais que le bébé arriverait durant le weekend.

Un appel à 15:30, des contractions, très gérables en intensité mais très rapprochées, de plus en plus. La maman me parle, mais s’arrête pendant les contractions, le papa reprend l’appel, je lui conseille d’appeler leur sage-femme pour avoir de nouveau son avis. Il me semble qu’il est temps de partir à la maternité, mais c’est la sage-femme qui donne le feu vert. 

Quelques minutes plus tard le papa me rappelle, départ imminent pour la maternité. De mon côté, je laisse ma famille pique-niquer pour l’anniversaire de Ma Grande. Tout le monde semble excité pour moi, la joie est là, Lulu et les filles m’embrassent et sont impatients déjà d’avoir des nouvelles du bébé. 

Moi je suis excitée et j’ai un peu la trouille aussi, le ventre noué. Je rentre préparer mon sac, portable, chargeur, de l’eau, des compotes et des vêtements de rechange…

Je me pose quelques instants, je respire, je souris, ca y’est j’ai fait le plein d’énergie, je suis prête.

Dans le taxi qui me mène à la clinique, le chauffeur me parle de ses enfants, du désir de grossesse qu’ils ont avec sa nouvelle femme…

Je l’écoute, mais j’ai la sensation d’être déjà ailleurs, je suis avec les futurs parents, nous continuons d’échanger par SMS, ils sont eux aussi dans un taxi. J’arrive à la clinique le chauffeur me demande ma carte de visite…

Je suis là quelques minutes avant les parents. Dès leur arrivée nous montons en salle de naissance, accueil chaleureux de la sage-femme qui connaît bien les parents car ils ont choisi un « suivi global » (ils ont rencontré leur sage-femme durant la grossesse et c’est elle qui est présente durant toute la durée de l’accouchement puis en suivi après la naissance). Je trouve ma place facilement à ses côtés, même si je me sens un peu intimidée je crois. je veux être à la fois discrète et présente, trouver le bon dosage, j’ai envie d’être là pour les parents, leur bébé et aussi que la sage-femme sente le respect profond que j’ai pour elle, pour sa profession et aussi qu’elle sente qu’elle peut compter sur moi si besoin. 

Voilà, nous y sommes, bébé sera bientôt là.

Je suis sereine, heureuse, j’installe le tapis au sol, je suis là, je masse, je prends dans mes bras, cale un coussin sous les genoux quand la maman en a besoin, j’écoute, je reste discrète, je respire, je bidouille mon téléphone pour trouver son morceau de musique préféré sur internet, nous échangeons des regards avec le papa, je rassure quand cela me semble opportun, je donne de l’eau quand la maman en a besoin, mais ce que je fais le plus souvent, semble être presque rien, juste être là, dans l’intimité qui se crée, sans un mot, dans un souffle, je m’efface aux côtés de la maman, je me dis qu’elle est belle, qu’elle est forte, je suis émue, je suis avec elle, avec le papa, le papa qui lui donne de la force en lui permettant de s’appuyer dans ses mains quand elle le souhaite, je suis là mais discrète pendant que la maman avance au rythme de son bébé, de ses contractions, que la sage-femme la guide avec tant de justesse jusqu’à la naissance de son, de leur bébé. Les minutes passent, la maman s’assoit, je l’entoure de mes bras, je me sens douce et chaleureuse pour l’accompagner dans ce moment si fort … Le bébé naît en quelques instants emplis de force de vie. Quelle puissance, quelle douceur et quel amour à la fois. 

Je suis impressionnée par cette naissance, l’alchimie parfaite entre toutes les personnes présentes, chacune amenant un peu d’elle, de manière instinctive et si juste, au service de la maman et de son bébé.

Impressionnée par l’engagement physique totale de la maman, sentir l’instant du basculement où elle a tout lâché pour vivre pleinement dans son corps ce moment. 

Impressionnée par le calme, la présence du papa, une présence engagée et toute en retenue à la fois, sa capacité à exprimer ses besoins aussi (besoin d’être informé, besoin parfois de sortir juste une minute) par sa confiance aussi dans la capacité de sa femme à mettre au monde leur bébé.

Impressionnée par la sage-femme, sa présence discrète mais forte à la fois, sa manière de décrypter le moindre geste de la maman. la douceur de ses paroles et de ses gestes, sa patience, son savoir et son observation précise de l’accouchement qui lui permettent de guider avec justesse la future maman. 

Impressionnée par ce petit bébé que j’ai vu naître dans la douceur, sans violence, sans aucune intervention, s’éveiller au fil des minutes pour chercher doucement le sein de sa mère et ouvrir ses yeux paisiblement, à son rythme. 

Voilà,Je suis impressionnée et émerveillée par la magie de la vie …

Le mot qui me vient comme une évidence est CONFIANCE. À aucun moment nous n’avons douté que la maman puisse mettre au monde son bébé, chacun à sa place pour accueillir la vie.


Article publié après lecture et accord de la famille


Un petit dessin de Ma Petite pour une amie enceinte…

Merci

Assise à la terrasse d’un café au bord de l’eau, je regarde la neige tomber.

Comme une tempête de neige hivernale, les flocons de pollen volent au vent.

Un petit vent d’air presque chaud caresse mes épaules déjà rougies par les premiers soleils de la semaine. 

je suis seule attablée à cette terrasse. 

Je réfléchis au contenu de mon nouveau site internet, il n’est pas encore complètement finalisé mais je ressens pourtant l’envie de le partager. 

J’y parle de mes accompagnements en tant que doula, en Hypnonatal aussi, mais pas encore de mes projets d’ateliers de chant prénatal…

Je suis joyeuse à l’idée de le partager bientôt. 

Cet après midi je me sens bien,

Je suis tellement heureuse de prendre enfin ce temps, un temps précieux, un temps nécessaire au développement de mon activité. 

Depuis lundi, les rendez-vous s’enchaînent à un rythme doux et heureux.

Chaque nouvelle rencontre m’émerveille par sa richesse et surtout par la différence des femmes, des couples que je côtoie. 

À chaque fois, écouter, tendre l’oreille; Parfois me faire un peu violence pour ne pas vouloir trouver des réponses en moi mais plutôt guider ceux qui font appel à moi pour qu’ils trouvent leur propre chemin. 

J’apprends à la fois sur les autres, sur le monde et sur moi. 
J’ai envie de dire Merci aux femmes, aux hommes qui croisent ma route, qui me font confiance pour partager avec moi ce moment si précieux de l’attente d’un bébé, un petit être, bientôt conçu ou bientôt au monde.
Quel joli cadeau 💗

Si j’étais ton chemin

Comme un cadeau, offert avec le cœur ouvert et beaucoup d’émotion, j’ai reçu cette chanson magnifique durant ma formation de chant prénatal cette semaine. 
Un cadeau, à la fois caresse et chamboulement, à la fois tendresse et profondeur, cocon et poils qui se dressent. 

Elle représente pour moi parfaitement la profondeur des échanges de femmes que nous avons pu avoir durant la formation, tout ce qui s’est tissé entre nous, cette force qui nous habite et nous fait avancer. 

J’y vois mon chemin de mère, mon chemin de femme, mon chemin de vie 💗 mon désir d’accompagner les parents vers leur parentalité, avec bienveillance pour qu’eux et leurs enfants trouvent leur place dans la vie avec justesse. 

Je redécouvre Yves Duteil avec une délicatesse de texte qui me touche particulièrement et trouve un écho profond en moi. 

💗MERCI 💗

Quelques extraits des paroles:

Je me ferais discret dans l’ombre de tes pas

Pour taider à grandir et pour ouvrir la voie

Je serais la poussière qui s’envole de tes pieds

Un peu de mon bonheur qui colle à tes souliers 

(…)

Je t’aimerais au point de te lâcher la main, pour que tu sois le seul à choisir ton destin 

(…)

Puis, je m’effacerais comme un sentier se perd

En refaisant parfois le chemin à l’envers

J’aurais le sentiment d’avoir rempli mon rôle

Et je m’endormirais à l’ombre du grand saule

Où je berçais sans fin le début de ta vie

À découvrir en vidéo ici

Et les paroles de la chanson sont à lire ici.

Chamboulée

 Hier j’ai voté, je n’ai jamais autant hésité avant de mettre un bulletin de vote dans une enveloppe. Je sais pour qui j’avais envie de voter, c’était clair et précis. 

Finalement, je n’ai pas pu faire le choix que je souhaitais. 

J’ai voté avec la raison

J’ai voté contre

Je n’ai pas voté POUR

Avec le cœur 

Avec mon cœur 

❤️

Je suis chamboulée…

J’ai retrouvé mes amies Doulas en formation ce weekend, nos échanges m’ont beaucoup nourrie et à la fois me font douter, je recule, j’avance, je ne suis pas certaines de ce dont j’ai envie, ce n’est pas toujours très clair dans ma tête.

Je suis chamboulée…

Depuis hier soir, j’ai la gueule de bois électorale. Le mal au cœur, la nausée de trouver presque normal que Marine soit au deuxième tour. Je me souviens où j’étais précisément le 21 avril 2002 quand son père accédait au deuxième tour de la présidentielle. Je me rappelle le choc, la peine et la mobilisation contre lui…

Hier soir j’ai écouté Benoît Hamon nous dire que la mobilisation continue, qu’autre chose peut exister et j’ai pleuré … j’y crois fort, mais comme beaucoup j’ai eu peur et j’ai voté contre, plutôt que voter pour. C’est paradoxale car je ne regrette pas mon choix, mais je regrette d’avoir du le faire.

Je suis chamboulée …

Ce matin je prends le métro,

J’écoute la musique bien fort dans mes oreilles,

Une musique qui me donne envie d’être vivante,

Qui me donne envie de danser,

De déployer une belle énergie,

Ce matin je vais retrouver des belles personnes,

Des femmes qui accompagnent d’autres femmes,

Des femmes qui accompagnent des couples,

Des sages femmes, des Doulas, des musiciennes, des chanteuses lyriques, des musicothérapeutes. 

Des femmes qui mettent leur énergie au service des autres. 

J’ai la trouille de ce que la vie nous amène, mais j’ai espoir, j’ai espoir et je suis heureuse de mettre du beau, avec de belles personnes, sur cette semaine chamboulée …

Si j’avais du temps…

…J’emmènerais mes filles à l’école le matin, j’irais courir seule de temps en temps, mais avec mon amoureux le plus souvent, je prendrais un abonnement à la piscine, j’apprendrais des choses nouvelles tous les jours, je finirais les trois tricots débutés depuis bien trop longtemps, je développerais mes activités en tant que Doula, je ferais du sport tous les jours, j’irais déjeuner en semaine avec ma sœur, je réfléchirais à mon projet de fin d’études de Doula, je lirais les 15 livres qui sont sur ma table de chevet et j’en choisirais des nouveaux à découvrir, j’écouterais les podcasts conseillés par mes ami.e.s, j’apprendrais à jouer du Ukulele en pratiquant un peu chaque jour, j’irais m’asseoir au soleil, j’irais au cinéma en journée, Je visiterais des musées, je trouverais un lieu pour organiser mes ateliers de chant prénatal, j’irais boire un thé à la terrasse d’un café, j’irais au marché St Pierre avec ma maman, je prendrais le temps de me coudre une jolie robe d’été, j’irais voir mes copines et leurs bébés presque tout neuf …

J’y ai souvent pensé à cette liste de mes envies, à ma crainte aussi d’avoir plus de temps mais encore moins d’argent, à ma peur de ne pas réussir dans mes nouveaux projets …

Finalement ca y est, après plusieurs mois de négociation avec mon employeur, d’attente, d’avancées, de marche arrière, voilà, enfin je travaille à mi-temps à la PMI!

Je sens en moi une douce sensation de liberté, de légèreté et d’envie à la fois, des petits papillons dans le ventre, le désir de vivre pleinement cette nouvelle période de ma vie… je suis heureuse de cette décision familiale, prise à deux avec mon Lulu 💗

Comme le dit joliment l’appel du Chant des Colibris, que je vous invite à signer (en cliquant ici): « Nous vous appelons à repenser votre métier : à faire ce qui vous passionne, ce pour quoi vous êtes vraiment doué et de vous servir de ce talent pour construire un monde plus juste et plus durable. » …