Mon incroyable journée à la maternité

Aujourd’hui j’ai vécu un truc incroyable, un truc de dingue, un truc que l’on vit, je crois, peu de fois dans une vie. Cela me semble si incroyable que j’ai du mal à y croire, je flotte sur mon petit nuage depuis ce moment, bercée par l’émotion, les émotions, ressenties.

Depuis deux semaines, je suis en stage dans une maternité. Après une première semaine en suite de couches, qui m’a rappelée mon premier stage en maternité, me voici en salle de naissance depuis lundi.
Ce matin, c’est le rush, une césarienne programmée pour raisons médicales, des patientes attendant un déclenchement, d’autres en visites de contrôle pour dépassement de terme.
À 9h, presque en même temps que moi arrive une maman à terme avec de fortes contractions. Je feuillette son dossier pendant qu’une sage-femme l’installe dans une salle. Son projet de naissance précise qu’elle souhaite accoucher physiologiquement, c’est à dire sans péridurale, idéalement en réalisant le travail dans l’eau, dans la baignoire présente dans une des salles de travail.
Je referme le dossier et vais me présenter, lui demandant si elle serait d’accord pour que j’assiste à la naissance de son bébé. Entre deux contractions, elle me sourit et me dit « qu’il n’y a pas de souci bien sur »…
Je sors de la chambre, plusieurs minutes passent pendant lesquelles j’accueille d’autres mamans. Vers 10h, la sage-femme me demande de venir pour que nous discutions. Elle pense que cette maman a besoin de soutien, d’un accompagnement pour toute la durée de son accouchement à partir de maintenant. Elle me demande si je me « sens » de l’accompagner. Je n’hésite pas une seule seconde. Nous entrons toutes les deux dans la chambre.
En nous voyant, la maman se met a pleurer, elle n’en peut plus, elle a trop mal, elle pense à la péridurale. La sage-femme lui explique que si elle le souhaite je peux rester pour l’accompagner jusqu’à la naissance de son bébé. Notre présence l’apaise immédiatement, elle se sent alors le courage de continuer. Je ne sais pas exactement quelle heure il est au moment où j’entre dans cette salle de naissance; Le temps ensuite se ralentit, ou s’accélère, je n’en suis plus certaine.
Je m’assois près d’elle, sur un gros ballon d’accouchement et je lui parle tout doucement, je compare les contractions à des vagues, dont il faut accepter la puissance pour mieux les accompagner. Je me rappelle la naissance de Ma Petite et la lecture du magnifique livre d’Isabelle Brabant « une naissance heureuse ». A chaque contraction, je respire avec elle, je guide son souffle pour qu’elle le canalise, qu’elle émette des sons graves comme je l’avais appris en chant prénatal. Je lui parle de son bébé, du travail qu’il fait lui aussi pour se frayer un chemin. J’essaie de parler le moins possible, de choisir les bons mots, de les dire au bon moment. A chaque contraction, elle prend appui dans mes mains en me serrant fort comme pour puiser l’énergie qu’il ne lui reste plus… Je l’encourage, je suis là à chaque seconde pour elle, je pense à elle, à son bébé.
La sage-femme vient contrôler régulièrement l’avancée du travail. Les choses progressent vraiment bien, elle propose à la maman d’entrer dans la baignoire chaude pour la suite du travail. Je ne sais plus quelle heure il est, nous sommes dans une bulle, le papa nous a rejoint, il caresse doucement le visage de sa femme entre chaque contraction.
Dans le bain les contractions s’intensifient, je suis là, accoudée à la baignoire, les mains dans l’eau pour mieux tenir celles de la maman. Autour de nous, plus rien n’a d’importance, nous ne sommes que tous les 4, la maman, le papa, leur bébé et moi.
Lorsque la maman perd les eaux, je sais que la naissance est proche. J’appelle la sage-femme de nouveau ; elle se joint à nous autour de la baignoire. Les contractions s’intensifient encore davantage, la naissance est imminente, les poussées de la maman sont très efficaces, dans une dernière poussée, un dernier souffle profond de la maman et le bébé nait dans l’eau; La sage-femme le pause sur le ventre de la maman.
Mon regard se lève vers le papa qui pleure, la maman, elle, sert fort son bébé dans ses bras. Je ne retiens pas une larme. C’est un moment magique, je revois maintenant, le regard des parents qui se croisent, l’émotion, le bonheur, le temps suspendu juste pour eux trois.
J’atterris de longues minutes plus tard, en regardant enfin l’horloge de la salle de naissance, pour découvrir que nous venons de passer presque 4 heures ensemble.
Encore un peu plus tard, après que la maman soit sortie de l’eau, que son bébé ai fait sa première tétée, je repasse une tête dans la salle pour savoir si tout va bien. Les parents sont encore un peu incrédules de ce qu’il vient de leur arriver. Je crois que je me souviendrai très longtemps de leurs remerciements, du plaisir de m’être sentie si utile. « Je n’y serais pas arrivée sans toi ». Ce sont les mots que m’a adressée la maman, ils résonnent encore dans ma tête… Alors oui, aujourd’hui j’ai vécu un truc incroyable, un truc de dingue, un truc que l’on vit peu de fois dans une vie: J’ai aidé une maman à mettre au monde naturellement son bébé.

Publicités

8 réflexions sur “Mon incroyable journée à la maternité

  1. très beau moment d’émotion, c’est en lisant des moments comme ca, que je suis persuadée de faire le bon choix de reconversion… comme toi….

    • Oui nous faisons un très beau métier… Même si les sage-femme et AP m’ont fait comprendre qu’il était hélas trop rare d’avoir le temps de suivre une maman durant tout son travail! Les AP titulaires, étant seules durant leur journée en salle de naissance, elles courent souvent partout et ne peuvent pas se consacrer exclusivement à une maman… Et c’est bien dommage 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s