Mon babyboum à moi

Mon stage à la maternité s’achève déjà, 12 gardes de 12 heures en un mois, cela passe vraiment trop vite, surtout quand on se sent bien, à sa place!
J’ai donc quitté la maternité avec le cœur léger, je me sens enrichie par cette très belle expérience.
J’ai dans un premier temps beaucoup observé le travail des auxiliaires, les soins apportés au nouveau-né (bain, surveillance de la jaunisse, soin du cordon…), les conseils prodigués en terme d’allaitement, de sécurité, d’éducation…
Au fil des jours, j’ai trouvé ma place, je me suis fondue dans l’équipe, j’ai commencé à prendre en charge moi même des nouveaux-nés et leurs parents.
j’ai apprécié le fait de suivre cinq auxiliaires différentes et ainsi profiter de l’expérience de chacune, prendre en chacune d’elle ce qui me parlait, me semblait être le plus juste dans la pratique de mon futur métier.
J’ai été un peu déçue parfois de sentir le manque de cohésion dans l’équipe, les petitesses de certaines (pas toujours facile de travailler dans un milieu uniquement composé de femmes!) et le ras-le-bol des autres qui sont là depuis trop longtemps mais n’ont pas l’énergie de partir. Il manque je trouve des réunions d’équipe pour parler des problématiques rencontrées dans la pratique de notre métier, je sens en effet que des solutions pourraient naître d’une réflexion commune, et ainsi profiter aux parents. Les roulements permanents des équipes pèsent aussi parfois sur les familles qui entendent chaque jour des sons de cloche différents et sont alors un peu perdues…
Pour ma famille ce stage a aussi été un sacré test, car pour travailler en journée de 12 heures il faut être sacrément organisée! J’ai la chance de pouvoir m’appuyer énormément sur mon conjoint et sur ma super Nounou, mais même avec tout ce soutien j’ai bien senti que ce n’était pas facile tous les jours pour mes filles et leur Papa de ne pas me voir partir certains matins et rentrer très tard le soir…
Malgré les difficultés, à l’issue de ce stage, je peux dire que j’ai adoré écouter les jeunes parents, laisser la place à leur questionnement, leur faire sentir qu’ils peuvent s’appuyer sur moi, leur donner confiance en eux aussi, les aider à découvrir les parents qu’ils ont envie d’être pour leur enfant nouvellement né.
Travailler au sein d’une maternité m’a donnné vraiment l’impression d’être à un carrefour, partager des moments très forts, être au cœur de l’action mais surtout de l’émotion et avoir un rôle important à jouer.
J’ai été émue en sentant la confiance acquise par un couple de parents suite à l’écoute que je leur avais offerte, un autre couple a voulu que je pose pour une photo avec leur fille juste avant sa sortie pour « me garder en souvenir dans l’album photo de leur fille, quand plus tard ils lui raconteront ses premiers jours de vie », quoi de plus touchant que de se dire qu’à son échelle on a pu impacter la vie d’une famille…
Je me rends compte aussi bien sur que j’ai encore beaucoup de choses à apprendre sur le terrain pour me sentir vraiment légitime dans ma fonction d’auxiliaire de puériculture.
L’allaitement notamment est une question tellement vaste qu’il est souvent difficile de trouver les bons mots, les bonnes actions à mettre en place; C’est vraiment cette connaissance pratique que j’aimerais perfectionner. Dans le cadre de ma formation, j’ai du chercher un stage optionnel qui aura lieu à la fin de l’année de formation, au mois de novembre. Je suis très heureuse car j’ai trouvé un stage en maternité de nouveau, je vais pouvoir y peaufiner mes connaissances, enrichir mon expérience, j’ai hâte… En attendant je profite de deux jours de répit pour réviser le module 6 sur l’hygiène, que je dois valider vendredi! Pas de répit pour les mamans étudiantes!

20140409-132939.jpg
Des chocolats offerts à l’équipe par une maman, une jolie attention 💕

Publicités

2 réflexions sur “Mon babyboum à moi

  1. c’est un metier ou on prend du poids avec tout ces chocolats…. merci pour ce partage en maternité, ça me conforte dans l’idée que c’est l’endroit idéal pour moi…. par contre ton experience des 12h ne me rassure pas sur la gestion de la famille …. heureusement que tu es bien entourée…. ou ira tu pour ton prochain stage ?

    • Oui tu as raison Eva, le soutien familial quand on fait une reconversion est primordial! Je n’aurais pas pu entamer ce virage sans l’aide de mon amoureux 😉
      Prochain stage en crèche dans une section de grands, je validerai ma « mise en situation professionnelle » pour le module 1 la-bas (visite d’une formatrice et évaluation de mon travail auprès des enfants sur le lieu de stage), donc j’aurais davantage de stress que pendant mon stage en maternité!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s