La mousse au chocolat des Lulus 

Ma recette facile du moment c’est la mousse au chocolat. Je l’ai retrouvée au hasard de mes rangements récents dans un de mes cahiers de recettes! 

Grand plaisir pour les filles et pour toute la famille de la redécouvrir! 
Pour réaliser 6-7 petits ramequins de mousse au chocolat des Lulus, il faut prévoir:

– 200 grammes de chocolat noir (j’utilise les pistoles icôniques de Valhrona – fort fort fort en chocolat Guanaja 70% de cacao, plus d’infos ici)

– 5 œufs (à température ambiante)

– 40 grammes de beurre doux

– 25 grammes de sucre semoule 

Faire fondre le chocolat et le beurre au micro-ondes doucement. 

Séparer les blancs des jaunes. 

Battre les blancs en neige bien fermes après y avoir ajouté une pointe de sel. 

Une fois le mélange chocolat/beurre fondu, y ajouter le sucre et les 5 jaunes d’œuf. 

Mélanger à la maryse pour obtenir une pâte bien homogène. 

Incorporer ensuite doucement les blancs au mélange chocolaté en prenant soin de ne pas casser les blancs. 

Placer la mousse dans des petits ramequins. 

Réserver au réfrigérateur une nuit pour une mousse bien compacte et bien ferme. Pour une mousse plus légère, plus aérée, ne laisser refroidir que 6 à 8 heures et déguster!

 😋 miam 😋 


Dans mon ramequin préféré illustré par Nathalie Choux 

Le Sud

Il y a quelques jours nous avons pris toutes les trois le TGV du soleil, direction le Sud.Nous avons redécouvert:

Ce soleil qui réchauffe tout

Les ratatouilles de papie

Les câlins doux et enveloppants de Mamie 

Les marchés qui sentent bon le miel, les figues, la tapenade et les olives 

Les filles qui créent de jolies amitiés en quelques minutes

Leurs éclats de rire

Leurs cheveux blonds qui deviennent presque blancs au soleil 

Leurs petits corps presque nus au bord de la piscine

Le temps pour moi de lire tranquillement pendant qu’elles jouent à leur rythme 

Découvrir Ma Petite nageant toute seule sous l’eau et Ma Grande peaufineant ses compétences de nageuse déjà aguerrie 

Le plaisir de les voir s’endormir le soir en quelques minutes épuisées par leur journée 

Les discussions à la tombée de la nuit sur la terrasse éclairée par la bougie à la citronnelle 

Le carnet de vacances offert par Mamie dans lequel Ma Grande prend soin de noter chaque jour une phrase.

5 jours plein de douceur 

Et déjà, sur le chemin du retour, dans le TGV qui nous ramène vers Paris, j’ai le cœur un peu lourd d’avoir quitté ma maman, leur Mamie, mais je savoure aussi le plaisir de me remémorer ces petits bonheurs

De les avoir vécus, ici et maintenant, dans le moment présent, pleinement.

Le goût sucré de ce début de vacances avec mes filles 

Et la joie de savoir que nous nous reverrons bientôt,

que ce n’est que le début de l’été aussi pour nous et qu’il promet d’autres bien jolis moments ☀️

De belles attentions 

Cette semaine nous dînions avec une amie, que nous n’avions pas revue depuis longtemps… elle avait préparé un délicieux dîner et pour le dessert, elle avait acheté des Mangoustan, précieux fruit en provenance du Vietnam. Nous les avions découverts et adorés, il y a 10 ans lors de notre voyage en Asie à la découverte de ce magnifique pays qu’est le Vietnam. Je me suis rappelée la douceur de ce voyage, les belles rencontres, les paysages naturels magnifiques. Notre amie s’est souvenue que nous avions adoré ce fruit à grosse coque qui cache un fruit délicat. Pour d’autres cette attention aurait pu paraître anodine. Pour moi, elle a eu beaucoup d’importance, j’ai été émue et touchée. Un plaisir tout simple mais le fait que notre amie se soit souvenue que nous avions eu un coup de cœur pour ce fruit, cela m’a fait énormément plaisir. Quel bonheur de s’être sentie écoutée! Et quel joie que notre amie l’ai marqué par ce simple geste. Prendre soin des autres; Etre attentif aux personnes qui nous entourent contribue à leur donner de la valeur, à les faire exister, à les rendre heureux. Et dans ce prolongement, de nouveau de jolies attentions m’attendaient durant mon weekend mensuel de formation de doula. Ma doulamie, Florianne, a pris le temps de confectionner pour chaque doula du groupe un Baume fait-maison (dont la recette est restée secrète). Un joli baume pour prendre soin de ma peau, et une attention pleine d’amour qui nous a fait du bien à toutes. Une autre m’a offert un massage, à la fois énergisant et bienveillant, plein de douceur. Se sentir aimée, se sentir vivante 💗



Doula, accueillir la vie

Accueillir la vie 7 ans jour pour jour après avoir donné naissance à Ma Grande fille.Comme un cadeau, Un beau cadeau de la vie.

Je sentais que le bébé arriverait durant le weekend.

Un appel à 15:30, des contractions, très gérables en intensité mais très rapprochées, de plus en plus. La maman me parle, mais s’arrête pendant les contractions, le papa reprend l’appel, je lui conseille d’appeler leur sage-femme pour avoir de nouveau son avis. Il me semble qu’il est temps de partir à la maternité, mais c’est la sage-femme qui donne le feu vert. 

Quelques minutes plus tard le papa me rappelle, départ imminent pour la maternité. De mon côté, je laisse ma famille pique-niquer pour l’anniversaire de Ma Grande. Tout le monde semble excité pour moi, la joie est là, Lulu et les filles m’embrassent et sont impatients déjà d’avoir des nouvelles du bébé. 

Moi je suis excitée et j’ai un peu la trouille aussi, le ventre noué. Je rentre préparer mon sac, portable, chargeur, de l’eau, des compotes et des vêtements de rechange…

Je me pose quelques instants, je respire, je souris, ca y’est j’ai fait le plein d’énergie, je suis prête.

Dans le taxi qui me mène à la clinique, le chauffeur me parle de ses enfants, du désir de grossesse qu’ils ont avec sa nouvelle femme…

Je l’écoute, mais j’ai la sensation d’être déjà ailleurs, je suis avec les futurs parents, nous continuons d’échanger par SMS, ils sont eux aussi dans un taxi. J’arrive à la clinique le chauffeur me demande ma carte de visite…

Je suis là quelques minutes avant les parents. Dès leur arrivée nous montons en salle de naissance, accueil chaleureux de la sage-femme qui connaît bien les parents car ils ont choisi un « suivi global » (ils ont rencontré leur sage-femme durant la grossesse et c’est elle qui est présente durant toute la durée de l’accouchement puis en suivi après la naissance). Je trouve ma place facilement à ses côtés, même si je me sens un peu intimidée je crois. je veux être à la fois discrète et présente, trouver le bon dosage, j’ai envie d’être là pour les parents, leur bébé et aussi que la sage-femme sente le respect profond que j’ai pour elle, pour sa profession et aussi qu’elle sente qu’elle peut compter sur moi si besoin. 

Voilà, nous y sommes, bébé sera bientôt là.

Je suis sereine, heureuse, j’installe le tapis au sol, je suis là, je masse, je prends dans mes bras, cale un coussin sous les genoux quand la maman en a besoin, j’écoute, je reste discrète, je respire, je bidouille mon téléphone pour trouver son morceau de musique préféré sur internet, nous échangeons des regards avec le papa, je rassure quand cela me semble opportun, je donne de l’eau quand la maman en a besoin, mais ce que je fais le plus souvent, semble être presque rien, juste être là, dans l’intimité qui se crée, sans un mot, dans un souffle, je m’efface aux côtés de la maman, je me dis qu’elle est belle, qu’elle est forte, je suis émue, je suis avec elle, avec le papa, le papa qui lui donne de la force en lui permettant de s’appuyer dans ses mains quand elle le souhaite, je suis là mais discrète pendant que la maman avance au rythme de son bébé, de ses contractions, que la sage-femme la guide avec tant de justesse jusqu’à la naissance de son, de leur bébé. Les minutes passent, la maman s’assoit, je l’entoure de mes bras, je me sens douce et chaleureuse pour l’accompagner dans ce moment si fort … Le bébé naît en quelques instants emplis de force de vie. Quelle puissance, quelle douceur et quel amour à la fois. 

Je suis impressionnée par cette naissance, l’alchimie parfaite entre toutes les personnes présentes, chacune amenant un peu d’elle, de manière instinctive et si juste, au service de la maman et de son bébé.

Impressionnée par l’engagement physique totale de la maman, sentir l’instant du basculement où elle a tout lâché pour vivre pleinement dans son corps ce moment. 

Impressionnée par le calme, la présence du papa, une présence engagée et toute en retenue à la fois, sa capacité à exprimer ses besoins aussi (besoin d’être informé, besoin parfois de sortir juste une minute) par sa confiance aussi dans la capacité de sa femme à mettre au monde leur bébé.

Impressionnée par la sage-femme, sa présence discrète mais forte à la fois, sa manière de décrypter le moindre geste de la maman. la douceur de ses paroles et de ses gestes, sa patience, son savoir et son observation précise de l’accouchement qui lui permettent de guider avec justesse la future maman. 

Impressionnée par ce petit bébé que j’ai vu naître dans la douceur, sans violence, sans aucune intervention, s’éveiller au fil des minutes pour chercher doucement le sein de sa mère et ouvrir ses yeux paisiblement, à son rythme. 

Voilà,Je suis impressionnée et émerveillée par la magie de la vie …

Le mot qui me vient comme une évidence est CONFIANCE. À aucun moment nous n’avons douté que la maman puisse mettre au monde son bébé, chacun à sa place pour accueillir la vie.


Article publié après lecture et accord de la famille


Un petit dessin de Ma Petite pour une amie enceinte…

7 ans 

J’aime le mois de juin comme peu de mois. Ce mois où je suis devenue maman pour la première fois. Comme chaque année à l’approche du 4 juin, je regarde avec douceur autour de moi les ventres des mamans arrondis en pensant à toi, à nous.

Je me souviens de tout, mais aujourd’hui je repense surtout à l’attente, ce mélange d’impatience et d’excitation à l’idée de te rencontrer, enfin. J’ai la sensation d’avoir vécu intensément tous ces moments, ces derniers instants de moi, de nous deux avec ton Papa, « juste avant toi ». Je me revois, allongée sur un plaid au parc, lisant des magazines, finalisant le choix de ton prénom avec ton papa. Ces journées à t’attendre, ces journées au temps suspendu, ces journées à te couver, à te garder bien au chaud dans mon ventre, à te protéger; Ces journées à t’imaginer dans le premier pyjama choisi à deux pour toi avec ton papa, à imaginer aussi la couleur de tes yeux, de tes cheveux, la douceur de ta peau; Ces journées à ne pas imaginer, aussi, à quel point ton arrivée dans nos vies allait tout changer. 

Ma Grande, 7 ans de toi déjà, 7 ans de moi maman, 7 ans de nous deux parents. 

Tu grandis, tu me rends fière.

Cette année tu as lié de vraies amitiés, les premières qui semblent fortes et solides, tu as appris des leçons de vie, notamment que tu peux faire ce que tu désires à partir du moment où tu le fais dans le respect des autres, tu as vécu tes premières soirées pyjama, tes premiers mots d’amoureux griffonnés sur une feuille. Tu as appris tant de choses à l’école, tu t’es passionnée pour la mythologie grecque, le français, la lecture, les automates, les robots, les dabs’, les « doudous à gros yeux » de chez Ty, la magie, la danse…

Ton caractère franc et entier – parfois un peu trop – s’affirme de plus en plus.

Je découvre un peu plus chaque année,

Ton entièreté,

Ta force,

Ton indépendance,

Ta curiosité, 

Ton envie de tout découvrir de la vie.

Comme chaque année, et de plus en plus au fil des ans, je suis émerveillée par le fait d’avoir pu avec ton Papa créer une si jolie personne. La magie de la vie qui, du mélange de nous deux, t’a vu naître. Je ressens un mélange de fierté, de bonheur, de gratitude. 

Continue à m’émerveiller Mon premier bébé, Ma 7 ans, Ma « Grande pas si Grande ».

Je suis si heureuse et si chanceuse d’être ta Maman 💗MERCI

Joyeux 🎈anniversaire 

Ta Maman qui t’aime 

La toute toute première fois…

La toute toute première fois*

Cette nuit tu n’es pas là

Tu n’es pas chez une de tes mamies ou un de tes papis

Tu vis ta première soirée-pyjama

tu as pris ton doudou et ta tétine, tu as demandé si quand même le grand frère de ta copine  n’allait pas un peu se moquer, je t’ai rassurée bien sûr.

tu as voulu prendre ton oreiller et ça nous a fait rire toutes les deux, car tu es partie pour une nuit avec un gros balluchon comme si tu partais une semaine.

avant de partir tu m’as serrée fort dans tes bras, tu m’as regardée dans les yeux et tu as fait cette petite moue de la bouche, celle qui dit « je ne suis plus trop sure de vouloir y aller maman »

et puis finalement une fois arrivée là-bas, tu t’es à peine retournée pour me dire au revoir, trop heureuse de retrouver tes copines.

J’ai fait un pas de côté

j’ai regardé tes grands yeux bleus

Tes beaux cheveux bouclés qui te font ressembler à une petite lionne

Ta confiance en toi qui rayonne et qui m’éblouit, cette confiance que j’ai tant envie d’entretenir pour que tu la gardes pour la vie.

et j’ai été fière de toi, de la simplicité avec laquelle tu vis ta vie.

je t’ai retrouvée dimanche, tu ne voulais pas quitter tes copines,

tu m’as rappelée mes week-ends chez mon amie d’enfance, le goût de la liberté, le bonheur de découcher, de découvrir une autre manière de vivre, d’autres habitudes dans une nouvelle famille.

alors il y en aura d’autres c’est sûr des soirées-pyjama, mais celle-ci avait un goût précieux, le goût de la première fois.

IMG_5733

*je pense à cette chanson de France Gall « ce soir je ne dors pas »  (précieuse référence musicale de mon enfance <3)

Le Granola des Lulus

Il y a quelques temps nous changions nos petits déjeuners pour le Miam-o-fruit. Un petit déjeuner à base de fruits, de graines… On adore, mais nous avons envie de changement, donc depuis quelques semaines, nous testons une nouvelle recette vraiment chouette, même les filles l’adorent! Le matin, nous dégustons un bol de fromage blanc avec une cuillère de miel et du granola!

Le granola, qu’est-ce que c’est? Un mélange de flocons d’avoine et de graines (fruits à coques) légèrement grillé au four. Chez les Lulus, on adore!

Ingrédients

  • 200g de flocons d’avoine
  • 200g de fruits à coques (amandes, noisettes, noix, noix du brésil, noix de cajou) concassées dans le bol avec un pilon
  • 3 cuillères à soupe de sirop d’érable
  • 2 cuillères à soupe d’extrait de vanille

La recette

Préchauffez le four, chaleur tournante à 150°.

Commencez par concasser dans un grand bol les fruits à coques, l’idée est de les réduire en petits morceaux, mais pas en poudre (donc on évite d’utiliser le mixeur qui fait plutôt de la poudre que des morceaux!)

Mélangez ensuite les flocons d’avoine et les fruits à coques en morceaux. Ajoutez 3 cuillères à soupe de sirop d’érable et 2 cuillères à soupe d’extrait de vanille. Bien mélangez le tout.

Étalez uniformément sur une feuille en silicone sur une plaque qui va au four.

Laissez dorer au four 10 minutes, puis mélangez grossièrement pour que le granola grille uniformément. Remettez au four pour 10 minutes et reproduire la même manoeuvre 3 fois.

Après 30 minutes, remettez enfin au four pour 5 minutes (donc 35 minutes de cuisson au total).

Laissez refroidir sur la plaque et conservez ensuite dans un contenant en verre.

MIAM!

Une autre idée de recette de Granola ici

IMG_5655IMG_5656IMG_5657IMG_5658